Bien préparer sa transmission d'entreprise

Bien préparer sa transmission d'entreprise

Les professionnels de la transmission recommandent de préparer la cession 3 à 5 ans à l’avance. Ceci étant dit, le chef d'entreprise doit être sûr de ses motivations et doit se préparer psychologiquement aux conséquences de la transmission de son entreprise. En ce qui concerne les aspects juridiques et fiscaux, mieux vaut qu'il s’entoure d'experts compétents.

Liens commerciaux

Préparation psychologique : mener un diagnostic réaliste

Il n'est pas simple de laisser de son entreprise, à laquelle on a consacré tant de temps, d’énergie et d'argent, à quelqu’un d’autre. D’autant plus, si l'on en est le créateur. C'est pourquoi il est nécessaire d’anticiper la transmission bien à l'avance afin de se poser les questions justes. Effectuer un diagnostic réaliste de l'état de santé de son "entreprise" est essentiel et il s’avère important de garder un regard objectif. Le chef d'entreprise doit en effet méditer sur les conséquences fiscales, juridiques, économiques et sociales de l'acte qu'il s'apprête à accomplir tout en envisageant sa vie personnelle future. Attention aussi à ne pas se croire trop vite libéré de toute obligation.

Préparation financière : continuer à investir

Pour donner une vision globale de son patrimoine professionnel, il est nécessaire de faire le point sur l'actif et le passif. Le repreneur achète un potentiel de développement. Plus l’entreprise constituera un investissement à long terme avec plusieurs choix stratégiques possibles, plus le candidat à la reprise accordera de valeur à l’entreprise cible. Ces investissements peuvent revêtir plusieurs formes : changer la forme juridique de la société, former du personnel, acheter un matériel plus performant, dissocier l'immobilier de la force de production. Autant d'astuces que pourra conseiller un expert-comptable.

Préparation juridique : être en conformité avec la loi

Après la négociation commerciale, vient le « process juridique de transmission ». Le repreneur est alors appelé à signer une lettre d'intention avec le cédant. Très souvent, cette lettre présente le calendrier des opérations de transmission . S'en suit alors l'établissement d'un protocole d'accord global entre les parties qui comprend "la garantie d'actif et de passif", justifiant l'authenticité des documents comptables qui ont servi à mettre en valeur l'entreprise pendant les négociations.

 

NB :le repreneur pourra, même a posteriori, se retourner contre son prédécesseur si des dettes issues de l'ancien exercice apparaissaient par la suite, c'est pourquoi il est fortement conseillé au cédant de révéler tous les passifs.

 

Contact Presse : Monsieur Tamrane

presse@transmission-entreprise.fr

http://www.transmission-entreprise.fr

 


Publicité




Publié le 05/09/2007
Source :